Comment j'ai changé de vie... {et tant pis pour la fuite])

Publié le par Lalibella

C’est un post d’Eva (asuivre, lien en bas à gauche) qui m’a inspiré cet article. Je l’avais déjà un peu en brouillon dans ma tête sous le titre : « J’ai changé de vie » et puis ça a été le déclic.

 

Comment savoir si quitter quelqu’un, déménager, changer de travail, c’est une fuite ?

 

Rien que de l’écrire, j’en ai les poils qui se hérissent. FUIR… Que sous-entend ce mot ? Se fuir, fuir ses problèmes, fuir ses responsabilités… Ben moi je dis c’est trop facile.

 

D’après mon vécu qui chacun sait fait aisément valeur de référence sur la toile, je dis que :

« non, partir, ce n’est pas fuir ». Fin de citation.

 

Partir, c’est quitter trop de souffrances accumulées, c’est quitter une vie qui ne nous convient plus, c’est quitter une ville où l’on a pas ou plus ses repères, c’est quitter un compagnon avec lequel rien ne va plus. Et puis partir, surtout, c’est parfois mieux revenir.

 

Alors je dis non aux personnes qui répondent à leurs amis/famille/entourage en mal de changement : « Attention, fais gaffe que ce soit pas une fuite ». Rien de tel pour te faire douter quand cette position est déjà hautement inconfortable. Je le sais, on me l’a dit. Et ça m’a gavée sachant que la réponse, on ne l’a jamais avant.

Il y a donc bien une part d’incertitude, qui poussent des milliers de personnes à rester dans une vie qui ne les épanouit pas de un parce qu’ils n’ont pas le courage d’en changer, de deux parce qu’ils ont peur. Que vont-ils trouver derrière ? Et bien moi je vous le dis : de l’expérience, de l’expérience et de l’expérience.

 

Et c’est pas ça la vie ? Expériencer ? Heu expérimenter des choses, des activités, des gens ? (ça fait pas beau ça : expérimenter des gens).

 

Attention, que les choses soient bien claires entre nous. Je parle pas de celles et ceux qui partent sur le premier coup de tête, à la première dispute, au fait que personne ne vienne vous chercher par la main quand vous débarquez dans une nouvelle ville. Là, je vous invite à consulter les pages jaunes et à taper P.S.Y.C.H.O.L.O.G.U.E.

 

Moi, je dis que [(oui MOI-JE MOI-JE et alors ? Quelqu’un a quelque chose à redire ? Bon…)} :

« partir, c’est grandir ». Fin de citation.

 

C’est être courageux. Car quand on part dans l’inconnu, on a TOUJOURS peur de ce que l’on va trouver derrière. Mais je pense que ce n’est que du positif, à condition de se connaître un minimum et de savoir analyser nos ressentis dans notre nouvelle vie et tirer profit de cette expérience, surtout si elle semble être un échec. Je m’explique.

 

Prenons mon cas  (mouarf ! Je m’aime trop que voulez vous ?).

Vie 1 : 6 ans de vie à Paris, à 2 dans un 30 m², 2 ou 3 disputes par mois, 3 à 4 crises d’angoisse par mois, 4 à 6 coïts par mois.

 

Vie 2 : 2 ans de vie ici, à 3 dans un 65 m² (bah oui, le chat y compte), 1 à 2 disputes par mois, 10 à 15 crises d’angoisse par mois, 1 (vais pas dire zéro) coït par mois.

 

Alors ? Ai-je bien fait de changer ? Apparemment NON.
Et bien en fait SI !

 

Je ne regrette pas du tout mon choix. Et si c’était à refaire, je le referai.

D’ailleurs, si je m’étais rendue compte que cela n’allait pas, qu’est ce qui m’aurait empêché de faire machine arrière ? Rien du tout.

 

Si je suis mal aujourd’hui avec toutes ces angoisses, c’était déjà latent à Paris et elles ont surgi quand ma vie a été plus calme mais j’ai aussi pu prendre le temps de les affronter et avoir une meilleure qualité de vie pour me prendre vraiment en charge.

Ce départ m’a appris tellement de choses sur moi, notamment parce que j’ai pris du recul par rapport à ma propre vie, et j’ai pu écouter ce que j’avais vraiment au fond de moi.

J’ai fini mon boulot à Paris sur une incapacité de retourner travailler. Ici, même si ce n’est pas rose tous les jours, j’ai monté ma propre entreprise et j’en suis fière car j’ai trouvé les ressources en moi pour rebondir.

Alors OK, le quotidien à Paris + mes névroses passées m’ont poussé à fuir une vie qui ne me convenait plus. OK quand je suis arrivée ici j’ai craqué de plus belle.

 

Mais c’est cette expérience qui m’a sauvé d’une vie qui me tuait à petit feu.

 

Et puis rien n’est définitif dans la vie. J’ai l’impression que plus on avance en âge, et plus on a peur de changer de vie, de sauter le cap de changer de ville, de pays, de monter sa boîte. Quel dommage quand on sait d’une que la vie est si courte (ok elle est peut-être facile mais c’est un peu vrai) et de deux que rien dans la vie n’est DEFINITIF ! Le retour en arrière est presque toujours possible (et si quand vous revenez, une brune/un blond a pris votre place et que lui/elle ne la/le jarte pas dès que vous revenez, c’est que vous aviez pris la bonne décision).

 

L’année dernière, au bout de 6 ans de vie commune, pour la première fois, j’ai pris ma voiture, je suis rentrée chez mes parents et j’ai dis à P. que c’était fini. J’ai résilié le bail de l’appartement, il l’a vidé, j’ai commencé à prendre des dispositions pour l’entreprise. Je voulais changer de mec. Vivre autre chose. 2 mois après, j’avais repris le bail, il a récupérer sa valise, nous sommes allés voir une psy de couple et ça roule. On a donc su tirer les leçons de tout ça, et même si tout n’est pas encore réglé, l’amour nous motive à aller de l’avant malgré tout.

Donc oui, partir, c’est aussi parfois mieux revenir.

 

Alors vivez, écoutez votre petite voix intérieure et essayez de relevez les défis personnels qui vous tiennent à cœur, en vous entourant de personnes qui vous motiveront.

 

Sans vous juger.

Publié dans Ma vie sur un plateau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maous Artiste Défiant l'Olibrius 12/02/2009 21:02

Un petit passage sur la communauté pour lire un peu, beaucoup, passionnément...
MA d'Autriche

Lalibella 12/02/2009 22:43


Kikou Maous ! Merci pour ton passage chez moi... A bientôt, chez toi, moi, ou les autres !


LILI & LOLA 11/02/2009 20:50

coucou labibella,
sympa ton blog et c'est tellement vrai tout ça !!!
bise à toi
lili et lola

eva 10/02/2009 17:03

Qu'est ce que je peux dire à part merci d'avoir écrit cet article, je suis sure d'avoir pris la bonne décision, j'ai peur (un peu), mais je sais pourquoi je le fais, et de le voir écrit noir sur rose, ben ca me conforte dans mon choix, alors je ne dirais qu'une chose : Bordeaux me voilà!!!!!

Lalibella 10/02/2009 23:21



Tant mieux Eva si cet article a pu te "toucher"... C'est que nous devons ou avons dû avoir un bout de parcours similaire et ça fait du bien de pas se sentir seule....
Wahouhh Bordeaux, j'ai visité et j'ai adoré. Si c'était pas si loin de ma famille, ça nous aurait bien plus à P. et moi...
See you chez toi



Célia 10/02/2009 13:53

Eh mais t'as mangé du Lion aujourd'hui ou quoi ;) Je te rejoins complètement en tout cas... En attendant, je ferais mieux car moi la fuite ça me connait !!! Bizzz

leti 10/02/2009 12:07

Bien dit et totalement d'accord ! Vivez !!! bises